Connexion

MISSION PAROISSIALE : COMPTES-RENDUS

 

 

des 4 soirées de retraite-formation

 

 

données par l'EMI

 

_________________________

 

 

 

1er décembre 2016- PELUSSIN

 

4ième soirée de retraite-formation dans le cadre de la MISSION

 

Avec l’Esprit-Saint, vivre comme les premiers chrétiens

 

 

 

Deux papes ont parlé de la vie avec l’Esprit-Saint :

Paul VI. Dans Evangelii Nuntiandi : 75. Il n’y aura jamais d’évangélisation possible sans l’action de l’Esprit Saint. (…) On peut dire que l’Esprit Saint est l’agent principal de l’évangélisation : c’est lui qui pousse chacun à annoncer l’Evangile et c’est lui qui dans le tréfonds des consciences fait accepter et comprendre la Parole du salut.

 

Et François (La joie de l’Evangile) 280. Pour maintenir vive l’ardeur missionnaire, il faut une confiance ferme en l’Esprit Saint, car c’est lui qui « vient au secours de notre faiblesse » (Rm 8, 26). Mais cette confiance généreuse doit s’alimenter et c’est pourquoi nous devons sans cesse l’invoquer. Il peut guérir tout ce qui nous affaiblit dans notre engagement missionnaire. Il est vrai que cette confiance en l’invisible peut nous donner le vertige : c’est comme se plonger dans une mer où nous ne savons pas ce que nous allons rencontrer. Moi-même j’en ai fait l’expérience plusieurs fois. Toutefois, il n’y a pas de plus grande liberté que de se laisser guider par l’Esprit, en renonçant à vouloir calculer et contrôler tout, et de permettre à l’Esprit de nous éclairer, de nous guider, de nous orienter, et de nous conduire là où il veut. Il sait bien ce dont nous avons besoin à chaque époque et à chaque instant. On appelle cela être mystérieusement féconds !

 

Qui est l’Esprit-Saint pour nous ? Avons-nous l’habitude de le prier, de vivre avec lui, d’être avec lui ?

Il est difficile de se Le représenter. On peut se représenter un peu le Père et le Fils, par analogie, mais l’Esprit-Saint a un visage irreprésentable. Dieu est un esprit et l’Esprit-Saint est une des trois personnes divines.

C’est l’Amour dont Dieu s’aime Lui-même (St Anselme)

Le Credo nous dit : Il procède du Père et du Fils, Il reçoit même adoration et même Gloire.

Le Père et le Fils sont tellement unis entre eux que cet Amour mutuel (St Augustin) est une personne divine. L’Esprit-Saint est don, il se donne dans l’Amour. Nous sommes aimés de Dieu par l’Esprit-Saint. Nous pouvons lui parler.

L’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné. (Rm 5, 5) nous dit St Paul ; Et nous, nous avons connu l'amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour; et celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui (1Jn 4, 16) nous dit St Jean. L’Esprit-Saint vient demeurer en nous !

 

Dès la Genèse, l’Esprit-Saint vient mettre de l’ordre dans le chaos. Il pourra donc mettre de l’ordre dans notre cœur.

Et jusqu’à l’Apocalypse qui se termine sur cet appel : Et l'Esprit et l'épouse disent: Viens. (Ap 22, 17). L’Esprit-Saint veut hâter la venue de Jésus dans la Gloire.

 

On le représente sous la forme de plusieurs symboles

  • l’eau

  • l’onction d’huile. Quand l’huile a pénétré dans la peau, on ne peut plus l’enlever. C’est une alliance définitive.

  • Le feu, buisson ardent

  • Le vent Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit (Jn 3, 8) dit Jésus à Nicodème. Il nous pousse, il nous fait avancer.

  • La nuée lumineuse qui éclaire et qui guide. Qui transfigure. Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre (Lc 1, 35)

  • L’imposition des mains pour les sacrements

  • La colombe

 

Dans la vie de Jésus :

  • l’Esprit-Saint descend au baptême et la voix du Père se fait entendre

  • l’Esprit pousse Jésus au désert : 1 Jésus, rempli d’Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain ; dans l’Esprit, il fut conduit à travers le désert. (Lc 4, 1)

  • A la synagogue de Nazareth, Jésus annonce sa mission: 18 L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés, 19 annoncer une année favorable accordée par le Seigneur. 20 Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui. 21 Alors il se mit à leur dire : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. » (Lc 4, 18-21)

  • Jésus exulta de joie sous l’action de l’Esprit Saint (Lc 10, 21)

  • Jésus prépare son départ : 16 Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : 17 l’Esprit de vérité, lui que le monde ne peut recevoir, car il ne le voit pas et ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous, et il sera en vous. 18 Je ne vous laisserai pas orphelins, (Jn 14, 16-18)

  • A la Croix, il remet l’Esprit Jésus s'écria d'une voix forte: Père, je remets mon esprit entre tes mains (Lc 23, 46)

  • Après la Résurrection, il souffle sur ses Apôtres et les envoie. 21 Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » 22 Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. (Jn 20, 21-22)

  • A l’Ascension, il leur donne ses consignes : Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, (Mt 28, 19)

  • Après quelques jours, les disciples reçoivent l’Esprit-Saint le jour de Pentecôte et ils changent radicalement. Les langues de feu se posent sur chacun d’eux et ils sont alors capables de chanter la louange de Dieu, ils proclament la Parole de Dieu sans peur, Pierre est capable de parler en pleine rue. Les conversions se multiplient et les demandes de baptême.

  • Paul aussi sera rempli de l’Esprit-Saint, après le martyre d’Etienne : Ananie partit donc et entra dans la maison. Il imposa les mains à Saul, en disant : « Saul, mon frère, celui qui m’a envoyé, c’est le Seigneur, c’est Jésus qui t’est apparu sur le chemin par lequel tu venais. Ainsi, tu vas retrouver la vue, et tu seras rempli d’Esprit Saint. » (Ac 9, 17)

 

L’Esprit-Saint est la force de Dieu pour reconnaître Jésus, pour reconnaître l’œuvre de Dieu dans le monde. C’est à nous de continuer la Mission commencée par Jésus. L’Eglise croît par l’assistance de l’Esprit-Saint.

 

Il est celui qui, aujourd’hui comme aux débuts de l’Eglise, agit en chaque évangélisateur qui se laisse posséder et conduire par lui, et met dans sa bouche les mots que seul il ne pourrait trouver, tout en prédisposant aussi l’âme de celui qui écoute pour le rendre ouvert et accueillant à la Bonne Nouvelle et au Règne annoncé. (Evangelii Nuntiandi 75)

 

ET NOUS ?

Voulons-nous vivre avec l’Esprit-Saint ?

Nous sommes appelés à poursuivre l’œuvre de Jésus. . Confirmés, nous avons reçu l’Esprit-Saint en plénitude.

L’effusion de l’Esprit-Saint, une expérience forte de Dieu, quelque chose en nous se renouvelle, cela nous permet d’entrer dans une nouvelle relation.

25 Puisque l’Esprit nous fait vivre, marchons sous la conduite de l’Esprit. (Ga 5, 25).

Acceptons de nous laisser bousculer. St Vincent de Paul, déjà prêtre a été saisi d’une manière nouvelle. Il s’est laissé conduire.

 

L’Esprit-Saint ne nous laisse pas seuls. 13 Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. (Jn 16, 13)

 

30 Ne contristez pas le Saint Esprit de Dieu, (Eph 4, 30)

 

Vous me rendrez témoignage.

L’Esprit-Saint peut nous aider à être de vrais témoins, à être missionnaires

Il peut changer le programme que nous avions prévu, même si cela va nous contrarier. On voit cela dans l’épisode des Actes : 6 Paul et ses compagnons traversèrent la Phrygie et le pays des Galates, car le Saint-Esprit les avait empêchés de dire la Parole dans la province d’Asie.

7 Arrivés en Mysie, ils essayèrent d’atteindre la Bithynie, mais l’Esprit de Jésus s’y opposa.

(Ac 16, 6-7).

 

L’Esprit-Saint nous apprend à aimer. En réalité, il faut faire comme si on apprenait une nouvelle langue : plus on est à l’écoute de l’Esprit-Sait, plus on peut aimer, penser comme lui.

Dans la vie de Jésus, il y a eu beaucoup de miracles. Aujourd’hui, Dieu est toujours présent parmi nous.

 

Il peut nous ouvrir à la vie surnaturelle, à cette dimension de Dieu. Laissons-nous Dieu agir en nous ?

L’Esprit Saint éclaire, nous révélant le Christ mort et ressuscité ; il nous indique la route pour devenir davantage semblables à Lui, à savoir pour être « expression et instrument de l’amour qui émane de lui. (Benoit XVI Cologne)

 

Les dons, les fruits, les charismes :

-- Les dons de l’Esprit sont pour notre sanctification personnelle, pour nous laisser transformer, être plus proches de Dieu.

Dons de sagesse, de force, de crainte…

Dieu donne. Nous sommes une antenne pour recevoir ces dons et ensuite les redonner. Transmettre l’œuvre de Dieu.

 

-- Les fruits : 16 Ce n'est pas vous qui m'avez choisi; mais moi, je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, (Jn 15,16) et même beaucoup de fruit.

Il y a les fruits de la chair et les fruits de l’esprit. Et du coup, un vrai combat, une lutte en nous/ : 18 (…) ce qui est à ma portée, c’est de vouloir le bien, mais pas de l’accomplir.

19 Je ne fais pas le bien que je voudrais, mais je commets le mal que je ne voudrais pas. (Rm 7, 18b-19)

Les fruits de l’esprit : 22 Mais voici le fruit de l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, 23 douceur et maîtrise de soi (Ga 5, 22)

Notre nature est faible mais nous pouvons capter l’Esprit-Saint, par nos ‘antennes’. Dans notre conscience, on discerne si c’est l’œuvre de l’Esprit.

 

-- Pour l’évangélisation, Le SEIGNEUR donne des charismes :

 Catéchisme de l’Eglise Catholique : 799 Extraordinaires ou simples et humbles, les charismes sont des grâces de l’Esprit Saint qui ont, directement ou indirectement, une utilité ecclésiale, ordonnés qu’ils sont à l’édification de l’Église, au bien des hommes et aux besoins du monde. 800 Les charismes sont à accueillir avec reconnaissance par celui qui les reçoit, mais aussi par tous les membres de l’Église. Ils sont, en effet, une merveilleuse richesse de grâce pour la vitalité apostolique et pour la sainteté de tout le Corps du Christ ; pourvu cependant qu’il s’agisse de dons qui proviennent véritablement de l’Esprit Saint et qu’ils soient exercés de façon pleinement conforme aux impulsions authentiques de ce même Esprit, c’est-à-dire selon la charité, vraie mesure des charismes (cf. 1 Co 13)

Savoir repérer le don de l’Esprit-Saint chez les autres.

Ne pas dissocier charisme et discernement.


 

Pour la suite :

Neuvaine à l’Esprit Saint pendant 9 Jours, jusqu’à la veillée de prière avant les Confirmations.

Demander à l’Esprit-Saint d’être renouvelés.

Ecrire une prière à l’Esprit-Saint

Offrir, ouvrir les yeux et les oreilles, être attentifs aux fruits de l’Esprit-Saint dans nos vies. Etre acteurs de nos vies.

RETRAITE -FORMATION DU 24 novembre à Maclas

 

 

3ème soirée de retraite paroissiale dans le cadre de la Mission

 

Les quatre piliers de la vie chrétienne

 

Le premier enseignement nous a parlé de l’Amour de Dieu qui inonde nos vies

Le deuxième, de la difficulté de vivre dans l‘amour à notre tour. Le péché nous coupe de l’Amour de Dieu.

Au fond de l’église de Maclas, le Christ nous montre son Cœur : un bon résumé des deux premières soirées : l’Amour miséricordieux de Dieu se déverse de son Cœur.

 

La question est : comment rester dans l’amour de Dieu, ou : comment être vraiment disciple de Jésus, marcher à sa suite.

 

On devient chrétien par le baptême. La plupart des gens ont été baptisés bébés. On a reçu la foi, les parents nous ont fait ce cadeau, nous faire devenir membres du Corps du Christ. Le baptême fait de nous des membres du Corps du Christ, mais il reste tout un chemin pour le suivre, c’est le chemin de Jésus. Il faut passer par la Croix, c’est le chemin que les Apôtres ont suivi. Ce chemin de Jésus n’est pas facile. Beaucoup de gens sont devant cet obstacle qu’est la Croix. Certains vont quitter l’Eglise, d’autres continueront par tradition, d’autres vont faire ce passage et devenir disciples du Christ, enseignés par Jésus Lui-même.

 

  1. Prendre Jésus pour modèle

 

Dans l’Evangile, Jésus appelle les Douze et une grande foule le suit. Le Jeudi-Saint, à Gethsémani, les Apôtres dorment, Jésus est seul. A la Croix, seules quelques femmes et le disciple que Jésus aimait.

Au matin de Pâques, Marie Madeleine voit la pierre roulée et court le dire aux disciples. Pierre et Jean repartent après avoir vu le tombeau vide. 11 Marie Madeleine se tient près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Et en pleurant, elle se penche vers le tombeau. 12 Elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l’un à la tête et l’autre aux pieds, à l’endroit où avait reposé le corps de Jésus. 13 Ils lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répond : « On a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on l’a déposé. » 14 Ayant dit cela, elle se retourna ; elle aperçoit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus. 15 Jésus lui dit : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le jardinier, elle lui répond : « Si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as déposé, et moi, j’irai le prendre. » 16 Jésus lui dit alors : « Marie ! » S’étant retournée, elle lui dit en hébreu : « Rabbouni ! », c’est-à-dire : Maître. 17 Jésus reprend : « Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » (Jn 20, 12-17)

 

* Jésus dit qu’il va monter vers Dieu en englobant toute l’humanité (‘votre Dieu’). On voit ici le mystère de l’élection. Jésus n’a pas choisi de se montrer aux disciples, mais à Marie Madeleine. Il faut avec le Christ passer de la mort à la Résurrection, Le rencontrer personnellement. Marie Madeleine comprend alors ce mystère et accepte d’entrer dans ce que Jésus demande. Nous aussi devons accepter de rencontrer Jésus Ressuscité pour le suivre.

 

* Les Apôtres ont été formés pendant trois ans, ils étaient toujours avec Jésus. Lorsqu’il est arrêté, condamné, crucifié, il n’est plus avec eux, la séparation est terrible. A la Résurrection, ils sont dans la joie de la Résurrection, mais ils comprennent que c’est à eux d’œuvrer pour continuer la Mission du Christ. Toutefois, ils ont encore peur d’annoncer le Christ. Ils en recevront la force à la Pentecôte. Avant la Pentecôte, ils étaient calfeutrés, enfermés, malgré la Joie de la Résurrection. Le Pentecôte va leur donner la force promise, ils peuvent sortir et annoncer ; ils permettent à d’autres de suivre le Christ à leur tour. 36 Que toute la maison d’Israël le sache donc avec certitude : Dieu l’a fait Seigneur et Christ, ce Jésus que vous aviez crucifié. » 37 Les auditeurs furent touchés au cœur ; ils dirent à Pierre et aux autres Apôtres : « Frères, que devons-nous faire ? »38 Pierre leur répondit : « Convertissez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ pour le pardon de ses péchés ; vous recevrez alors le don du Saint-Esprit.39 Car la promesse est pour vous, pour vos enfants et pour tous ceux qui sont loin, aussi nombreux que le Seigneur notre Dieu les appellera. » 40 Par bien d’autres paroles encore, Pierre les adjurait et les exhortait en disant : « Détournez-vous de cette génération tortueuse, et vous serez sauvés. » 41 Alors, ceux qui avaient accueilli la parole de Pierre furent baptisés. Ce jour-là, environ trois mille personnes se joignirent à eux. (Ac 2, 36-41)

La Parole de Dieu va convertir les gens, la rencontre est devenue possible.

 

* Nous sommes enfants de Dieu ;

Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. Jésus Ressuscité nous redonne Dieu comme Père. Baptisés, nous sommes enfants adoptifs de Dieu, cohéritiers avec Jésus du Royaume de Dieu. Le baptême nous transforme, nous pouvons appeler Dieu notre Père. Le Créateur du monde nous est tout proche.

6 Et voici la preuve que vous êtes des fils : Dieu a envoyé l’Esprit de son Fils dans nos cœurs, et cet Esprit crie « Abba ! », c’est-à-dire : Père ! 7 Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils, et puisque tu es fils, tu es aussi héritier. (Ga 4, 6-7). Ce thème est bien développé par St Paul mais aussi par St Jean 1 Voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes. (1Jn 3, 1).

Nous sommes appelés à la vie divine et nous avons à reconnaître cette condition d’enfants bien-aimés. Le Fils n’est plus esclave, le baptême nous libère. L’esclave dépend du Maître. Par le baptême, nous vivons dans la liberté des enfants de Dieu. Cette liberté qui nous permet de dire « Père » à Dieu.

Nous avons donc notre modèle, Jésus Christ, le Fils de Dieu ; notre frère qui nous montre le chemin 6 Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; (Jn 14, 6) et nous invite à la suivre.

Le chrétien est donc un autre Christ.

 

 

  1. La vie sacramentelle pour vivre de la vie chrétienne.

 

Il y a 7 sacrements : le baptême, la Confirmation, l’Eucharistie, la réconciliation, l’Ordre, le mariage et le sacrement des malades.

  • le baptême

Par le baptême, nous devenons enfants de Dieu et le péché originel est effacé.

C’est le premier sacrement de l’Initiation chrétienne. C’est le fondement de la vie chrétienne qui ouvre à tous les autres. Il a un effet transformant.

Il sauve du péché donc il ouvre à la Vie. Il nous transfigure, nous fait entrer dans la conformation à Dieu. Il nous faut entrer dans la ressemblance de Dieu.

Le baptême nous ouvre à la Mission il nous fait témoigner de la Miséricorde du Christ comme le dit le Pape François En vertu du Baptême reçu, chaque membre du Peuple de Dieu est devenu disciple missionnaire (cf. Mt 28, 19). Chaque baptisé, quelle que soit sa fonction dans l’Église et le niveau d’instruction de sa foi, est un sujet actif de l’évangélisation, et il serait inadéquat de penser à un schéma d’évangélisation utilisé pour des acteurs qualifiés, où le reste du peuple fidèle serait seulement destiné à bénéficier de leurs actions. (La joie de l’Evangile N° 120)

 

  • la Confirmation

Avec le baptême et l’eucharistie, un des trois sacrements de l’Initiation. C’est le sacrement de la Mission. Il renforce en nous la grâce missionnaire. Il donne les ‘armes’ pour annoncer le Christ. C’est une effusion spéciale de l’Esprit-Saint, comme à la Pentecôte.

Il nous enracine dans la filiation divine et nous permet d’appeler Dieu ‘Abba’, Père.

Il nous unit fermement au Christ et nous met en lien profond avec l’Eglise. (Catéchisme de l’Eglise catholique N° 1302-1303)

Ce sacrement n’est pas réservé à certaines personnes, à une élite. Tout baptisé doit pouvoir être confirmé. Ne pas hésiter à la demander.

 

  • l’Eucharistie

Elle achève l’Initiation chrétienne. Elle permet de participer avec toute la communauté au Sacrifice du SEIGNEUR. C’est le sacrement de l’Amour de Dieu pour nous et de notre réponse d’Amour à cet Amour de Dieu. C’est la source et le sommet de la vie chrétienne, le trésor de la vie chrétienne. Tous les autres sacrements en découlent. C’est le plus beau cadeau que nous fait Jésus : le Christ se donne Lui-même.

C’est un sacrement vital : il donne la vie On vient à la messe pour rendre grâce de la semaine écoulée et on vient prendre des forces vives pour la semaine qui vient.

C’est le premier commandement de l’Eglise/ Mais on ne vient pas par obligation : on vient pour vivre de l’Amour de Dieu, rendre grâce et prendre les forces que Dieu nous donne.

 

  • la réconciliation

Voir l’enseignement de la semaine dernière.

C’est l’outil ordinaire de la conversion. Il permet de progresser dans l’Amour de Dieu, on lui demande son aide.

[Petit témoignage personnel de Jean-Marie : J’y ai fait l’expérience de la rencontre du Christ, la miséricorde de Dieu. Je suis toujours étonné de la réaction du prêtre qui entonne un chant de louange, il rend grâce à Dieu pour sa miséricorde.]

Ne pas hésiter à aller recevoir ce sacrement.

 

 

  1. La morale chrétienne

 

Elle pose la question : que dois-je faire, comment mener ma vie ?

La morale n’est pas spécifique aux chrétiens. Tous ont une morale. La morale est une branche de la philosophie et la philosophie existait bien avant le Christ.

Au 18ème siècle, Emmanuel Kant travaille sur la morale. Il a cherché toute sa vie le ‘souverain bien’, en partant de sa seule raison.

La morale chrétienne est différente, elle part de l’Amour du Christ.

Le but de la morale chrétienne ? La recherche du bonheur. Pas la morale de l’effort, mais la grâce de Dieu nous permet d’atteindre le bonheur.

Elle se base sur la loi naturelle : nous sommes créés à l’image et à la ressemblance de Dieu. C’est notre orientation naturelle. Si on va contre cette orientation, cela fait souffrir, car notre nature est faite pour être divinisée avec Dieu.

La grâce permet de dépasser les limites du péché et répare ce qui a été blessé (sacrement de réconciliation).

Quand on apprend à conduire par exemple, on fait des gestes pour lesquels au début, on réfléchit pour les effectuer correctement. Avec l’habitude, on les automatise. Ceci se retrouve dans la vie morale.

La vertu est la disposition acquise à faire le bien

Le vice la disposition acquise à faire le mal. Plus on s’exerce à faire le bien, plus cela nous est facile. C’est pareil pour la prière.

Au baptême, nous avons reçu trois vertus dites ‘théologales’ :

La Foi : Dieu nous permet de croire en lui

L’Espérance de pouvoir voir Dieu

La Charité pour aimer comme Dieu nous aime. Elle nous permet de ‘sortir’ pour annoncer le Christ. Je ne peux pas le garder pour moi. 17 Ainsi donc, la foi, si elle n’est pas mise en œuvre, est bel et bien morte. (Jc 2, 17)

La Foi nourrit l’Espérance. La Charité se nourrit de la Foi et de l’Espérance.

 

  1. La prière

 

Relation nouvelle avec Dieu, qu’il faut entretenir, la prière est la relation avec les trois Personnes de la Trinité.

Des personnes d’autres religions prient aussi, bien sûr. Mais la prière chrétienne se différencie :

* Dans la prière, nous cherchons Dieu et pas nous-mêmes

* L’Autre est une Personne divine qui est proche de nous. Nous sommes donc en relation personnelle avec les trois Personnes de la Trinité.

* il y a une médiation qui nous conduit à l’Autre : Dieu Lui-même par Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme, parfait médiateur entre les hommes et Dieu. Dieu vient chercher l’homme.

 

Il y a plusieurs formes de prière :

  • la prière liturgique

eucharistique

la liturgie des Heures 5 fois par jour

  • la prière personnelle

* l’oraison silencieuse : la prière du pécheur pardonné qui accueille l’Amour de Dieu. L’Esprit-Saint nous oriente vers Dieu. C’est une prière de pauvre

* l’adoration, devant l’eucharistie exposée.

* Le ‘Notre Père’, que Jésus nous a apprise. (Voir la feuille distribuée)

 

EN PRATIQUE

* Parler à Dieu : ‘je l’avise et Il m’avise’

* Prendre les textes du jour et les méditer, les faire siens.

* Avoir un petit carnet sur lequel on notera les points qui nous touchent. Cela permet de garder trace de ce que l’on a reçu et de faire une relecture ; On découvre un ‘fil rouge’ par lequel le SEIGNEUR nous guide vers Lui.

* le combat spirituel. Il faut de la volonté, décider du moment que l’on va passer, décider de la durée. Commencer par dix minutes et tenir dix minutes. Prendre rendez-vous sinon on oublie et la journée passe…

 

Conclusion :

Nous sommes appelés à devenir un ‘autre Christ’. C’est un chemin exigeant qui mène au bonheur.

Mettre le Christ au centre de notre vie et aider les autres à le faire

Prendre un temps de prière quotidien. Invitation à la prière communautaire.

 

Trois questions :

  • Quelle est la place de l’eucharistie dans ma vie,

  • Est-ce que j’aime l’Eglise ?

  • Est-ce que je prends le temps de prier chaque jour ?

 

 

 

 

RETRAITE-FORMATION DU 17 novembre à Chuyer

17 novembre 2016 CHUYER- 2ème soirée de retraite paroissiale dans le cadre de la Mission

 

COMMENT VAINCRE LE MAL

 

La semaine dernière, nous avons pris conscience de l’Amour de Dieu pour nous. Le message de Notre SEIGNEUR à Marguerite Marie est celui de la révélation de son Amour inconditionnel. Il a plongé son cœur dans cette fournaise ardente et il lui est resté des stigmates invisible de cette blessure d’amour : Jésus lui dit : ‘J »ai soif que tu répondes par ton amour ».

 

Le sujet de cette soirée est le péché.

Il n’y a pas de dimanche sans vendredi. Le vendredi, c’est le mystère douloureux de l’éloignement de l’homme, la rupture d’Alliance qui est relatée dans le livre de la Genèse, au

chapitre 3

A Paray-le Monial, J2sus se présente en disant : ‘voici mon cœur qui a tant aimé les hommes ». La merveille de l’Amour de Dieu.

Mais les hommes se sont éloignés de Dieu

 

  1. Jésus est venu pour les malades, les pécheurs.

 

A la deuxième apparition à Paray-le-Monial, un vendredi de juin 1674, Jésus se plaint. Il se plaint non pas du péché –il est venu pour cela, pour les pécheurs,- mais de notre ingratitude.

Il parle à ceux qui, connaissant son Amour : les chrétiens, les consacrés, n’en vivent pas.
La Miséricorde est n amour inconditionnel, c’est-dire que notre péché ne peut pas l’arrêter, y faire obstacle. Cet Amour est prêt au pardon. Ne pas user de ce pardon, c’est dire à Jésus, ‘ton Amour, ça m’est égal’. C’est comme si J2sus était mort pour rein. J2sus, sur la Croix, a manifesté ce pardon ‘Père, pardonne-leur…

La Miséricorde, c’est le Cœur de Jésus qui se penche sur notre misère et qui nous élève. Lui, nous aime et nous ne l’aimons pas.

Il nous faut réaliser l’Amour de Dieu pour nous et aussi notre ingratitude ; demander la grâce de l’aimer vraiment.

Jésus s’invite chez nous, comme chez Mathieu, comme chez Zachée. Il nous révèle son Amour : 17 Jésus, (…) leur déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. » (Mc 2, 17)

Mais comme le dit l’Evangile d’aujourd’hui (Jeudi 33ème semaine) ‘tu n’as pas reconnu le temps de l’intervention divine’. (Lc 19, 44). Et J2sus pleure.

Nous avons à accueillir ce don de Dieu, il ne peut entrer de force.

 

  1. Le poids du péché- : la légèreté du don de Dieu

 

St Paul nous dit, dans la lettre aux Romains : ‘Malheureux homme que je suis ! Je ne fais pas le bien que je voudrais, mais je commets le mal que je ne voudrais pas.’ (Rm 7, 18)

Il existe en nous comme une loi qui travaille contre notre conscience.

Ps 50 : je suis pécheur dès le sein de ma mère.

On voit que d’après le récit du livre de la Genèse (chap. 3) le péché touche tout homme, même un petit enfant.

Dieu seul peut pardonner les péchés. Jésus nous montre dans l’Evangile selon Mathieu que lui, vrai Dieu et vrai homme est venu pour pardonner les péchés 2 Et voici qu’on lui présenta un paralysé, couché sur une civière. Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Confiance, mon enfant, tes péchés sont pardonnés. » 3 Et voici que certains parmi les scribes se disaient : « Celui-là blasphème. » 4 Mais Jésus, connaissant leurs pensées, demanda : « Pourquoi avez-vous des pensées mauvaises ? 5 En effet, qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire : “Tes péchés sont pardonnés”, ou bien dire : “Lève-toi et marche” ? 6 Eh bien ! Pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a le pouvoir, sur la terre, de pardonner les péchés… – Jésus s’adressa alors au paralysé – lève-toi, prends ta civière, et rentre dans ta maison. » 7 Il se leva et rentra dans sa maison. 8 Voyant cela, les foules furent saisies de crainte, et rendirent gloire à Dieu qui a donné un tel pouvoir aux hommes. (Mt 9, 2-8)

Ce pardon sera payé au prix fort : le don gratuit de Dieu de la Passion à la Résurrection de Jésus.

St Paul nous dit : « Le Christ m’a aimé et il est mort pour moi » (Ga 2, 20).

Pour MOI. Comme si j’étais unique aux yeux de Dieu. J’ai donc du prix aux yeux de Dieu. Chacun de nous vaut le prix de Jésus.

 

  1. J’ai du prix aux yeux de Dieu

 

Pour racheter une crapule, Dieu donne son Fils.

Quand je dis : « je ne vaux rie, je suis trop nul…, c’st faux. Cela blesse le cœur de Dieu. A quel prix sommes-nous estimés par Dieu !

Ma dignité est immense. Voici ce que Dieu a fait pour nous. Comme les missionnaires qui creusaient leur tombe en arrivant sur le lieu de leur apostolat, Dieu ne veut pas nous lâcher. Il ne nous lâchera pas. Nous valons le prix du sang de Jésus.

 

  1. invitation à l’expérience du salut

 

Jésus nous sauve par sa victoire. Est-ce que je crois que Jésus nous aime ?

On a le témoignage de personnes qui ont perçu cette expérience dans la possibilité qu’elles ont eu d’être libérées de leurs addictions, par exemple. Est-ce que j’ai fait l’expérience de l’Amour de Dieu?

Nous devons croire, faire l’expérience que nous sommes aimés et que nous pouvons être délivrés, pardonnés de nos péchés. Nous pouvons être rejoints par le SEIGNEUR.

Dans la liturgie des heures, il est dit cinq fois par jour : SEIGNEUR ? Viens à mon aide (et même, viens vite à mon aide). On lit aussi dans l’histoire des saints comment le SEIGNEUR rejoint les pécheurs, même ceux qui ont fait des crimes, comme Jacques Fesch.

Dieu peut nous libérer du mal. Chaque année, le Carême est un temps qui nous est donné pour entrer dans ce combat. Les yeux fixés sur Jésus-Christ, entrons dans ce combat (Antienne du temps de Carême)

Une chose est sûre, écrivait Madeleine Delbrêl, c’est que l’amour de Dieu met notre cœur à rude épreuve. Pour que ce cœur devienne capable de cet amour, il faut que notre cœur soit sans cesse converti par le Christ.
À travers cette conversion, pendant cette conversion, probablement jusqu’à la fin de notre vie, nous aurons à souffrir tantôt des étroitesses, tantôt des partialités, tantôt des erreurs de notre amour.
Les uns lutteront contre un sentimentalisme qui n’est pas de l’amour ; d’autres contre une dureté qui ne va pas avec l’amour, d’autres lutteront contre les deux, tour à tour, au fur et à mesure où, voulant éviter une faiblesse… ils tomberont dans l’autre.
C’est pourquoi on rencontre des chrétiens qui ont cherché à affermir un cœur trop mou et l’ont rendu dur. D’autres qui ont cherché à assouplir un cœur dur et l’ont rendu mou. Cela jusqu’au jour où ils apprennent du Christ et reçoivent de lui un cœur ni dur ni mou : un cœur tendre.
Ce cœur tendre est celui qui est capable de miséricorde pour tous les hommes, nous-mêmes compris.

Laissons Dieu travailler notre cœur.

 

  1. La Création

 

Dans la Genèse, on voit que Dieu a tout créé à partir du tohu-bohu, le chaos. Il ordonne et il sépare. La lumière et les ténèbres, l’eau et la terre, les eaux d’en haut et les eaux d’en bas…

Le péché c’est de confondre le bien et le mal, d’appeler bien ce qui est mal. Dieu veut une remise en ordre. Il sépare pour distinguer, pour remettre de l’ordre dans notre vie

Au vendre du Jardin, il y a un arbre. C’est l’arbre de Vie. On peut manger de son fruit. C’est la communion avec Dieu qui est Vie.

Il y a un autre arbre, celui de la connaissance du bien et du mal. Mais on ne peut pas manger de son fruit. Dire ce qui est bien et ce qui est mal appartient à Dieu.

Adam prend ce fruit et décrète ce qui est bon ou pas pour lui. Il inverse l’ordre. Il refuse la loi de Dieu qui dit le bien par rapport au mal, qui éclaire notre conscience.

Le serpent pervertit la Parole de Dieu. Il tente Eve qui finit par s’y laisser prendre.

La vocation de l’homme, c’est d’être divinisé St Jean nous dit : 2 (…), nous lui serons semblables car nous le verrons tel qu’il est. (1Jn 3, 2b)

Nous avons envie de Prendre. Mais le don de Dieu, on le reçoit.

Jésus, bien que Dieu s’est abaissé pour le salut du monde : 5 (…) Le Christ Jésus, 6 ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. 7 Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect, 8 il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. (Phi 2, 5b-8)

Ce n’est pas un droit, c’est un don.

 

  1. De l’arbre au fruit

 

Eve attend un plaisir du fruit. Nous sommes faits pour le plaisir, comme le fruit du bien. Mais pas pour lui-même

Un bon arbre donne un bon fruit qui est pour mon bien qui me donne la joie

Mais un fruit qui donne le plaisir pour lui-même, e n’est pas pour le bien.

La morale chrétienne est tout entière orientée vers le bonheur ; (Th d’Avila)

 

  1. Les mécanismes de défense

 

S’installe le cercle vicieux du péché :

  1. Eve donne le fruit à son mari.

Quand on partage le péché, on a l’impression qu’il est moins grave : tout le monde le fait. L’inversion des valeurs s’effectue, comme le décrit le livre de la Sagesse qui nous parle du Juste : Il est pour nous la condamnation de nos pensées, sa vue seule nous est insupportable; (Sg 2, 14)

  1. Ils ont honte- ils se cachent. Dieu est devenu leur ennemi.

Ils ont peur de Dieu, Dieu qui pourtant les cherche avec tendresse : ‘Où es-tu ?’. Dieu se met en route pour les chercher.

  1. Accusation

Ce n’est pas moi, c’est la femme que tu m’as donnée. Donc c’est Ta faute ! Accusation.

Quand David prend conscience de son péché (adultère et meurtre), il reconnaît sa faute :

5 Oui, je connais mon péché, ma faute est toujours devant moi.

6 Contre toi, et toi seul, j'ai péché, ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait. (Ps 50, 5-6)

La grandeur de David, c’est de reconnaître sa faute.

Ma dignité, c’est de dire que je suis plus grand que mon péché. Je vaux plus que cela. C’est la condition pour être pardonné : être coupable et le reconnaître. C’est un chemin de retour cers Dieu.

Le don de Dieu nous fait sortir de ce cercle vicieux du péché. Le pardon nous délivre.

 

  1. Culpabilité et libération

 

Dieu est-il notre ami ou notre ennemi ?

La culpabilité n’est pas une invention ou une conséquence du christianisme, elle est dans notre nature : on se compare, on voit sa finitude, ses limites ;

La révélation judéo-chrétienne, c’est au contraire de relever la tête.

La foi nous donne la contrition,

nous fait nous aimer nous-mêmes,

nous libère.

On ne peut pas s’en sortir tout seuls

St Paul fut un ennemi de Dieu. Sur le chemin de Dama, terrassé par Jésus, il découvre qu’il est en réalité un ennemi de Dieu, alors qu’il croyait le servir. ‘Je suis Jésus que tu persécutes’.

Il écrira : 10 En effet, si nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils alors que nous étions ses ennemis, à plus forte raison, maintenant que nous sommes réconciliés, serons-nous sauvés en ayant part à sa vie. (Rm 5, 10).

Nous connaissons Jésus par pure grâce. Nous désirons que ceux qui n’ont pas reçu cette grâce pussent recevoir l’amitié de Dieu.

 

Etty Hillesum nous invite à protéger la présence de Dieu en nous.

Quelle délicatesse de l’Amour de Dieu en nous !

Le pardon : invitation à puiser à l’Amour de Dieu. On sait que cela existe et on n’use pas de ce qui nous fait goûter concrètement au fruit de la Miséricorde. .

 

FORMATION DU 9 novembre à Chavanay

1ère soirée de retraite paroissiale dans le cadre de la Mission

 

Se laisser surprendre par l’Amour de Dieu

 

Ces quatre soirées forment comme une petite retraite. Elles doivent nous aider à témoigner de la Miséricorde, à être soi-même converti. Cette conversion dure toute notre vie, elle consiste à se retrouver vers Dieu chaque matin.

Dans l’année, il y a des temps liturgiques (Avent, Carême) qui nous aident à cette conversion. Augmenter notre désir de se remettre à Dieu et à être missionnaires.

 

 

  1. se replonger dans l’Amour de Dieu

C’est à la fois simple car Dieu est infiniment simple et compliqué parce que le cœur de l’homme est compliqué. Nous pouvons le découvrir en contemplant la Création.

 

  • Nous sommes créés par amour et pour l’Amour

Nés de l’amour de nos parents. C’est notre origine.

Nous sommes appelés à ‘amour. C’est notre finalité.

C’est fondamental.

 

  • Dieu est le père de notre âme

A notre conception, Dieu a infusé en nous notre âme immortelle

Voir Catéchisme de l’Eglise Catholique 366 L’Église enseigne que chaque âme spirituelle est immédiatement créée par Dieu (cf. Pie XII, enc. " Humani generis ", 1950 : DS 3896 ; SPF 8) – elle n’est pas " produite " par les parents – ; elle nous apprend aussi qu’elle est immortelle (cf. Cc. Latran V en 1513 : DS 1440) : elle ne périt pas lors de sa séparation du corps dans la mort, et s’unira de nouveau au corps lors de la résurrection finale.

 

  • Deux désirs en nous : être aimé et aimer

L’amour total est absolu. Il consiste à la fois à donner et à recevoir, en totalité. Dieu seul peut combler ce désir d’absolu. Nous sommes faits pour une communion avec Dieu

 

  • L’amour nécessite une réciprocité

Recevoir l’amour pour le donner en retour.

 

Le cœur blessé a du mal à recevoir l’amour. En face d’un amour inconditionnel gratuit, il passe par plusieurs phases

  • la méfiance

  • le test

  • le rejet parfois

  • l’incompréhension : comment peut-il m’aimer ?

  • une acceptation progressive : je veux bien accepter d’être aimé

  • et le choix libre dans la réciprocité.

 

Cet amour inconditionnel est celui du Christ qui va jusqu’à la croix pour nous.

Dans toute l’histoire du salut, on voit le peuple qui teste l’amour inconditionnel de Dieu et ne l’accueille pas pleinement.

 

 

 

  1. L’amour de Dieu, modèle de l’amour humain

 

Dieu révèle son Amour :

 

  • je te choisis

Dans toute l’histoire du salut, Dieu choisit : un peuple, des prophètes… C’est Dieu qui a l’initiative. ‘Amour est premier

Je vous appelle mes amis.

Ce n’st pas vous qui m’avez choisi…

 

  • être présent

La capacité de présence dit la qualité de l’amour

Expérience de l’adoration. Jésus est présent pour moi, se donne à moi.

Demeurer’ : rester dans le Temple.

ConTempl ation : rester dans le Temple.

Jésus, Emmanuel, Dieu avec nous

 

  • confiance

Il n’y a que la confiance, et rien sue la confiance qui nous mène à l’amour (Ste Thérèse)

La confiance fait grandir l’amour. J2sus a fait confiance à son Père jusqu’à l’abandon et la Croix. L’Amour sera victorieux.

Fides ; foi ; confiance ; fidélité.

 

  • donner sa vie

Pas de pus grand amour…

Le pain a plus de valeur que l’argent que l’on donne à la boulangère.

Dieu a donné son Fils unique. Jésus donne sa vie. Pour nous sauver.

Ma vie a la valeur de la vie du Fils Unique. J’ai du prix aux yeux de Dieu

 

  • échange- Communion

  • Comme je suis dans le Père et que le P7re est en moi…

L’amour va jusqu’à cette communion en Dieu

 

  1. Importance de se savoir aimé, aimable

 

Nous avons du prix pour Dieu, un prix infini.

Est-ce que je crois que je suis un cadeau pour les autres ?

On ne peut pas se donner si l’on n’a pas perçu cela.

Accueillir le don de Dieu pour le transmettre.

Nous sommes aimables, gratuitement, sans conditions.

Dans la prière, l’oraison, l’adoration, se laisser aimer comme nous sommes. Y puiser l’amour de Dieu.

 

Rendre l’autre capable d’aimer en retour.

Avec l’Esprit-Saint, nous pouvons aimer Dieu et nos frères. Nous sommes appelés à un amour qui va jusqu’au bout. Rendre amour pour amour grâce à cette force qu’est l’Esprit-Saint.

 

Parler à jésus, entrer dans la communion par la prière.

Est-ce que nous parlons à Jésus ?

Est-ce que nous entendons Jésus nous parler ?

Que nous dit-Il ?

Entrer dans ce dialogue ; Lui parler et L’écouter.

 

  1. Quelques obstacles :

 

  • vouloir tout comprendre

Il est un long chemin qui va de l’intelligence au cœur

Écouter son cœur

 

  • se sentir supérieur aux autres

Le pharisien se sert de Dieu pour flatter son image

Le publicain se reconnaît pécheur

 

  • mes richesses

Se sentir en sécurité par ses richesses ;

Le jeune homme riche a des biens qui l’empêchent d’aller plus loin.

Lâcher la maitrise de sa vie pour accueillir l’Esprit-Saint

 

  • refuser le pardon

Estimer les autres supérieurs à soi-même (St Paul)

La miséricorde, plus grande preuve de l’amour de Dieu. Le cœur qui refuse d’être vulnérable se coupe de l’amour de Dieu.

L’esprit-Saint ne peur entrer que dans un cœur ouvert.

Se laisser toucher... Dieu ne force jamais la porte de notre cœur. Se faire petit devant Lui et attendre de Lui son Amour.

 

Quelques exercices avant la prochaine rencontre.

 

  • se laisser aimer par Dieu

Je suis un cadeau

 

  • poser un acte d’amour gratuit pour quelqu’un

Gratuit. Que seul Dieu verra

 

  • parler à Jésus, me laisse me parler.

Entrer dans le dialogue et noter ce qu’il dit.

 

 

**************

EQUIPE RESPONSABLE DE LA MISSION

Coordinateurs principaux : Marie-Christine et Gérard DUSSAUGE
Pôle Accueil : Josiane TALLARON et Catherine VILLEGAS
Pôle Communication : Jacques BEAUDET
Pôle Evangélisation directe : Anne Gaëlle CROCI et Philippe VACHOT
Pôle Evènementiel : Marie-Jo CREUZET, Colette et Frédéric ROYET
Pôle Liturgie : Eric GAMACHE
Pôle Logistique : Christian GAY

Qu'est-ce qu'une mission ? Dans notre monde matérialiste, c'est une initiative pour partager la foi et annoncer l’Évangile sans complexe en tout lieu, en surmontant notre timidité, voire nos petites mollesses ou lâchetés. Pour cela il faut nous armer, et dans ce but nous sommes aidés par l'EMI  de Lyon (Equipe Missionnaire Itinérante) qui va assurer notre formation et notre soutien pendant plusieurs mois, en vue d'une grande semaine missionnaire prévue en mai 2017.

 

 

 

 

Pour en savoir plus sur l'Equipe Missionnaire Itinérante qui assure inspiration formation et soutien,  CLIQUEZ


 

         ******************